Logo ARS


La lutte contre l'ambroisie en ex-Auvergne

La lutte contre l'ambroisie s’amplifie avec la mise en place d’un réseau de référents

La mise en place des référents locaux (référents communaux et intercommunaux) s’inscrit dans le cadre des actions du plan de lutte régional élaboré en 2012. Elle a pour objectif de développer la prise en charge de l’ambroisie au niveau le plus efficace : l’échelon local. Initiée en 2013 dans le département du Puy de Dôme, cette action va être généralisée à terme sur l’ensemble du territoire régional.

Le référent peut être un élu et/ou un agent de la collectivité. Un binôme élu/technicien est encouragé. Il vient en appui du maire pour l’application de l’arrêté préfectoral qui impose la destruction de l’ambroisie. Ses missions sont d’informer, de repérer la présence de plants d’ambroisie, de conseiller sur les techniques de lutte et de suivre l’élimination effective de l’ambroisie par les propriétaires de parcelles infestées.  Il assure la remontée des informations au Conservatoire botanique national du Massif Central à l’aide d’une fiche d’inventaire. 

Il sera spécialement formé pour participer à la lutte contre cette plante.

L’ARS missionne la FREDON Auvergne pour animer et mettre en œuvre le plan régional de lutte contre l’ambroisie. Pascale Tarrade est la chargée de mission ambroisie à la FREDON Auvergne. Elle a pour missions d’animer et de coordonner les différents acteurs impliqués dans la lutte contre l’ambroisie,  de former les référents et d’animer leur réseau,  et d’accompagner les collectivités, gestionnaires privés… dans la gestion de la présence d’ambroisie sur le terrain (expertise technique, médiation).

Vous avez repéré de l’ambroisie : que faire ?

Remplissez le formulaire de signalement disponible en téléchargement (bordereau inventaire CBNMC). N’oubliez pas de joindre une photo de votre observation, afin de permettre la validation des données communiquées.
Adressez votre signalement :

  • A la mairie où est localisée l’ambroisie par courriel ou par courrier.
  • Et à la chargée de mission ambroisie - FREDON Auvergne par courriel à pascale.tarrade@fredon-auvergne.fr
    ou par courrier à FREDON AUVERGNE – Ambroisie- 83, av de l’Europe- Site de Marmilhat-63370 LEMPDES
L’aire de répartition de l’ambroisie s’élargit

L’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est une plante envahissante originaire d’Amérique du nord, supposée introduite pour la première fois en France en 1863.   Aujourd’hui, l’ambroisie est majoritairement présente dans la vallée du Rhône mais son aire de répartition s’élargit d’année en année sur le territoire national. Des plants d’ambroisie sont désormais observés :

  • les régions limitrophes de Rhône-Alpes,
  • Aquitaine,
  • Midi-Pyrénées,
  • Ile-de-France,
  • Poitou-Charentes,
  • Pays-de-la-Loire,
  • Auvergne…  
Une plante hautement allergisante

Bien loin de régresser ou même de stagner, les émissions de pollen d'ambroisie ont plus que doublé en vingt ans en France aggravant le nombre et les cas d'allergies. Le pollen de l’ambroisie est très allergisant et responsable de diverses pathologies notamment de l’appareil respiratoire. Il suffit de quelques grains de pollen par mètre cube d’air pour que des symptômes apparaissent chez les sujets sensibles : rhinite survenant en août-septembre et associant écoulement nasal, conjonctivite, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux, et parfois urticaire ou eczéma.
Dans 50% des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation.
La fréquence de l’allergie à l’ambroisie est importante : selon la zone, 6 à 12% de la population exposée est allergique.  
Son impact économique sur les coûts de santé ne cesse de progresser, comme le révèle une étude de l'Agence régionale de santé Rhône-Alpes, publiée au mois de mars 2012. Le nombre total de consommateurs de médicaments antiallergiques à l'ambroisie a fortement augmenté (+60%) entre 2008 et 2011, passant de 161 200 à 258 700 personnes. Une tendance à la hausse des coûts par bénéficiaire se dessine en trois ans, de 53,1€ à 77,4€.

En Auvergne, un plan mis en œuvre pour lutter contre l’ambroisie

Aussi face à l’enjeu de santé publique mais également face à la menace que représente cette espèce pour la biodiversité et certaines cultures, la lutte contre l’ambroisie a été inscrite dans le second Plan national santé environnement (2009-2013) (PNSE 2) au sein de l’action 22 « Prévenir les allergies » et dans le Plan régional santé environnement (PRSE 2) d’Auvergne validé par le Préfet de Région le 21 avril 2011.

Des actions sont ainsi menées au niveau local :

  • arrêté définissant le cadre réglementaire pour organiser les mesures de lutte, 
  • actions de sensibilisation à destination des collectivités, des agriculteurs, des professionnels de santé, et du grand public,
  • à l’initiative de l’Agence régionale de santé un comité technique régional regroupant les services de l’Etat, associations, représentants des usagers du système de santé, représentants des professionnels de santé, gestionnaires de grands linéaires et représentants des collectivités a été créé. Il vise à promouvoir et à coordonner les actions de sensibilisation et de lutte contre l’ambroisie.